Effectif:

  • Coachs : Ivan Bock, Jérémy Sabatier.
  • Gardiens : Romain Watelet #35, Tom Charton #41.
  • Défenseurs : Tom Leroy #16, Tristant Lohou #21, Jonathan Lafrance #61, Armand Coustenoble #89, Antoine Detante #94, Pierre Lathuilliere #95.
  • Attaquants : Brendan Martial #9, Aymeric Michaux #13, Gaël Jeanbourquin #18, Maxime Scharre #23, Quentin Dewolf #26, Thybaud Rouillard #27, Nick Gravina #29, Jakub Matejka #46, Carl Mansson #88.

Effectif:

 

  • Coachs : James Tibbetts, Loïc Sadoun.
  • Gardien : Justine Crousy-Theode #75.
  • Défenseurs : Gaêtan Portier #10, Matteo Mahieu #44, Maxim Belov #55, Aurélien Vinals #66, Barthelemy Peret #77, Alan Dana #89,
  • Attaquants : Léo Cuzin #8, Karl Lacombe #11, Noé Gersanois #16, Andrew Longo #18, Oleg Kuzin #21, Thomas Faudot #27,  Killian Delobelle #34, Axel Benet #35, Gianni Vigezzi #41, Mans Papaux #91, Alec Douville #94.

Arbitres:

Arbitre prinicpal : Stéphane Peronnin.

Juges de ligne : Sueva Torribio Rousselin, Lancelot Thorrignac.

Résumé

Victoire aux poings !

À l’occasion de cette 16ème journée, les Phénix affrontaient une autre équipe parisienne avec la venue des Français Volants de Paris. Ces derniers, composés de quelques éléments expérimentés, restaient sur deux défaites de rang et venaient en terre champenoise avec l’idée de relancer la machine. Reims, de son côté, avait l’ambition de poursuivre sa série et de préparer ses play-offs avec 4 matchs de haut niveau. Ivan Bock pouvait compter sur l’ensemble de ses troupes à l’exception de Schweitzer et David.

Le match débutait sans phase d’observation des deux côtés. Les Phénix allumaient la première mèche par l’intermédiaire de Bernad (2e), son tir heurtant le haut de la transversale des cages de Crousy-Theode. Ce n’était que partie remise et les locaux n’allaient pas tarder à prendre les devants.  Suite à un tir en angle de Bernad, la gardienne parisienne contrôlait mal le palet et Michaux était à l’affût pour ouvrir la marque (1-0, 2’32). Piqués au vif, les Volants ne tardaient pas à réagir et mettaient à contribution Charton par des essais de Longo et Kuzmin (4e & 6e). Les visiteurs s’enhardissaient de plus en plus et Reims opérait en contre, mais Crousy-Theode était solide, à l’image de son arrêt réflexe de la botte devant Matejka (7e). Trois minutes plus tard, une 1ère pénalité venait freiner l’élan rémois, mais Charton et sa défense se montrait intraitable. Paris continuait son forcing par la suite, mais sans succès face à un Charton serein. Il fallait bien cela, car les Rémois péchaient par indiscipline en deux occasions (16’20 & 17’24) et offraient à leurs adversaires l’opportunité de niveler le score avec un 5 vs 3. C’était peine perdue pour les Volants qui faisaient preuve d’imprécisions face à des Rémois solidaires. Galvanisé par ces pénalités tuées, Reims se lançait à l’assaut des cages parisiennes, mais Matejka ne parvenait pas à faire le break avant la pause (19e). Le tiers s’achevait sur ce 1-0 au terme des vingt premières minutes enlevées.

D’entrée de 2e tiers, Les Volants remettaient la pression sur les Phénix, avec un jeu précis et rapide. Les locaux souffraient quelque peu face aux vagues parisiennes dans ces premières minutes, mais tenaient bon, même lors d’une nouvelle infériorité (22e). Les Français Volants croyaient même égaliser par Cuzin à la 24e, suite à une situation confuse devant les buts de Charton (qui semblait avoir été gêné au préalable). Le trio arbitral se consultait et l’arbitre principal n’accordait pas le but au grand désarroi du coach-assistant parisien. Toutefois à dominer sans concrétiser, on s’expose à la sanction et Reims allait en offrir le parfait exemple à son opposant du soir vers la 30e minute. Bernad gagnait l’engagement, Lathuillière lançait de la bleue pour la déviation de Martial devant les buts (2-0, 30’23). Quasiment dans la foulée, Leroy s’arrachait le long de la bande pour servir Mansson, qui ne se faisait pas prier pour nettoyer la lucarne de Crousy-Theode (3-0, 31’01). En 38 secondes, Reims avait fait payer cash le manque de réalisme parisien par deux actions chirurgicales ! Les Parisiens accusaient le coup et laissaient la frustration monter, avec quelques interventions musclées, voire douteuses à l’image de Dana sur Mansson (32’54) ou encore Kuzmin sur Charton (33’18). Sur la supériorité consécutive à la pénalité de Kuzmin, Bernad se chargeait d’alourdir la note après une remarque feinte (4-0, 35’17). Le break semblait fait pour les hommes d’Ivan Bock, sauf qu’un petit relâchement rémois voyait Papaux réduire la marque 13 secondes après (35’30).  Mieux encore, Longo pensait ramener ses couleurs à deux unités, mais Charton stoppait in extremis la rondelle (38e). Le bluff de l’attaquant US célébrant un possible but, ne trompait pas le trio arbitral qui n’accordait pas le but espéré. Les débats gagnaient en tension et les Volants gardaient un espoir de relancer le match. À la 39e, Jeanbourquin, puis Michaux avaient l’occasion de corser l’addition, mais la réussite les fuyait à chaque fois. Plus rien n’était à signaler dans les derniers instants, hormis quelques câlins amicaux devant les cages de Charton et de Crousy-Theode, signe d’une tension grandissante dans ce match.

Pour le dernier acte, les visiteurs étaient bien décidés à revenir au plus vite dans la partie et créer l’exploit. Avant cela, il leur fallait tuer une pénalité, suite à une de second tiers assez tendue et c’était mission réussie pour les hommes de J.Tibbetts , bien aidée par une indiscipline des Phénix (40’54). Paris poussait fort pour marquer vite et faire douter la machine rémoise. Reims attendait l’occasion de faire un nouveau break, sans succès. Et c’est contre toute attente que ce diable de Kuzmin sortait de sa boîte et ajustait Charton à la 46e, pour donner un peu plus d’espoir à ses couleurs (4-2, 45’31). Ce même Kuzmin passait tout près d’inscrire un doublé 1 minute plus tard, et il fallait un réflexe du portier rémois et sa transversale pour éviter le pire. L’alerte était bien notée côté Phénix, qui relevaient leur niveau de vigilance et d’intensité dans ce 3ème tiers. Le match devenait de plus en plus musclé, Reims ne baissant pas les yeux devant le défi physique des Parisiens, à l’image de Tom Leroy avec Delobelle (49e). À l’aube des 10 dernières minutes, rien n’était joué et les Volants jetaient leurs dernières forces dans la bataille, ne trouvant pas une issue heureuse à leur domination du moment. Reims, à l’image de son gardien, faisait front et montrait même les muscles pour se faire respecter. Un peu trop sûrement au goût des arbitres qui sanctionnaient les joueurs rémois à quatre reprises. Les supériorités se succédaient en faveur des Parisiens, sans succès toutefois pour les visiteurs, butant sur un Charton impérial devant ses filets face aux essais de Cuzin, Longo ou encore Dana. Le portier rémois ne goûtait pas non plus au vice parisien et ne se faisait pas prier pour le faire savoir. À la 57e, Tibbetts profitait d’un nouveau 5 vs 3 pour tenter un coup de poker en sortant sa gardienne. Après plusieurs échecs, Papaux trouvait un trou de souris pour scorer (4-3, 57’03) et offrir 3 dernières minutes à suspens. Dès lors, Reims voyait son avance réduite à une unité, mais se battait avec acharnement sur tous les palets, galvanisé par son public et ses fervents supporters, les Givrés ! Dans la dernière minute, Paris sortait une nouvelle fois sa gardienne et Charton sortait une nouvelle fois le grand jeu face à Papaux et Dana. Ce même Dana était un peu trop optimiste dans son ultime tentative, cela n’était pas du goût de la défensive rémoise et s’en suivait un furieux combat entre le joueur parisien et Lathuillère (59’45) au grand plaisir des nombreux partisans d’Albert 1er. Reims gagnait le dernier engagement et pouvait savourer un nouveau succès à domicile.

Avec cette victoire, les Phénix obtenaient 3 points ô combien précieux en cette fin de saison, repoussant à 5 points le duo Amnéville/Rouen² et 7 points son adversaire du soir. La suite du programme verra Reims se déplacer chez les Lions de Wasquehal le week-end prochain, dans un match qui s’annonce difficile et où les nordistes chercheront à prendre leur revanche du match aller (NDLR : Victoire 6-3 des Phénix).

Samuel Panon

 

📸 Photographe : Damien Morel

📸 Photographe : Black Ghost

➡️ Plus de photos ICI