Effectif:

  • Coach : Thibaud Saintecroix.
    • Gardiens : Gaëtan Melin #1, Maximilien Senatore #20.
  • Défenseurs : Edwin Gamiette #2, Yann Pflieger #4, Kevin Ledoux #12, Thomas Gautron #15, Romain Bonnefoy #16,  Evan Terruella #19.
  • Attaquants : Bailey Morissette Bilney #3, Vincent Bonnefoy #6, Jérémy Pigeot #7, Damien Bourguignon #8,  Benjamain Tellier #9,  Youen Thos #13, Clément Lallemand #14,  Cody Odom Williams #17, Florent Kaufmann #18, Neil Athuil #21, Alexandre Monnier #22.

Effectif:

 

  • Coach : Ivan Bock.
  • Gardiens : Romain Watelet #35, Tom Charton #41.
  • Défenseurs : Tom Leroy #16, Tristant Lohou #21, Cyril David #24, Maxime Bigetti #25, Antoine Detante #94, Pierre Lathuilliere #95.
  • Attaquants : Brendan Martial #9, Aymeric Michaux #13, Jakub Bernad #14, Gaël Jeanbourquin #18, Victor Segers #20, Maxime Scharre #23, Quentin Dewolf #26, Thybaud Rouillard #27, Nick Gravina #29, Jakub Matejka #46, Vivien Schweitzer #57, Carl Mansson #88.

Arbitres:

Arbitre principal :  Armand Bornais.

Juges de ligne : Christophe Moncozet, Gaëlle Bourdon.

Résumé

Pour la quinzième journée, les Phénix se rendaient en Essones pour aller y chercher les 3 points et surtout pour renouer avec la victoire et y retrouver la confiance.

Il ne fallait pas 5 minutes pour que les Phénix ouvrent le score par l’intermédiaire de Brendan Martial. La réaction ne se fait pas attendre du côté parisien, ils égalisent à peine 2 minutes après celui des hommes d’Ivan Bock. Le premier tiers est assez équilibré jusqu’à ce que Thybaud Rouillard profite d’une supériorité numérique pour retrouver le chemin des filets et remet les Phénix sur les bons rails à 18min 38. Pierre Lathuillière y va de son but pour accroître l’avance des Phénix en toute fin de tiers.

Au retour des vestiaires, les hommes d’Ivan Bock continuent d’imposer leur rythme à leurs adversaires qui, malgré tout, tiennent bon, en grande partie grâce à leur portier. Mais Jakub Bernad ne s’en laisse pas compter et offre un nouveau but aux Phénix et à leurs supporters ayant fait le déplacement en terre parisienne. Quelques minutes après la mi-match, c’est Thybaud Rouillard qui s’offre un doublé et accroît l’avantage des Phénix. À la pause, les Parisiens sont menés de 4 buts.

Pour le troisième tiers, rien n’est encore joué, en hockey sur glace un retard au score peut très vite se rattraper et l’équipe locale le sait très bien. Ils attaquent très fort et trompent le portier rémois deux minutes après l’entame de ce dernier tiers. Les Rémois répondent du tac au tac la minute suivante par un but de Jakub Matejka. Suivi du septième but des Rémois pour Jakub Bernad qui s’offre à son tour un doublé. Les Jets, dans un sursaut d’orgueil, marqueront à leur tour un dernier but qui amènera le score à 3 à 7.

La fin du match sera entachée de nombreuses minutes de pénalité que la patrouille distribuera envers les deux équipes. Pénalité de match (20min) pour Jakub Matejka qui est sorti du banc pour aller défendre son homonyme Jakub Bernad, tombé au sol suite à une bagarre avec le #3 d’Évry Donnie Bilney Morissette. Jakub écopera d’une pénalité de 5 min de pénalité et le joueur d’Évry rentre au vestiaire suite à sa pénalité de match. Et ce n’est pas fini, Carl Mansson y va lui aussi de sa pénalité, pour raillerie et méconduite après avoir un peu trop cherché le banc adversaire et avoir trop discuté avec les officiels (10+2). Tom Charton a quant à lui écopé d’une pénalité en toute fin de match pour être sorti de sa zone assimilée à un comportement antisportif.

Il est à déplorer la blessure de Vivien en toute fin de match. Les Phénix sortent victorieux de ce déplacement piège en Essonne, ce qui fait du bien au moral. L’homme du match est Nick Gravina.

Les Phénix sont désormais troisième au classement à 4 points derrière Valenciennes et ne devancent leur poursuivant direct, les Dragons de Rouen 2, seulement de 2 points. Néanmoins, les Phénix ont rempli leur objectif annoncé en début d’année, puisqu’ils sont d’ores et déjà qualifiés pour les playoffs.

Mickaël Louis