Résumé

Au terme d’un scénario hitchcockien, les Phénix avaient résisté au retour de Rouen qui s’était lancé d’un peu trop loin pour espérer compléter sa remontée, laissant échapper les 3 points aux Rémois. Après quelques jours de repos bien mérité, la troupe d’I.Bock pouvait se focaliser sur son prochain opposant, avec la réception des Lions de Wasquehal avec l’ambition de matérialiser un peu plus leur bon début de saison, avec un 5e succès de rang. Si Reims restait sur deux succès nets, mais tout à fait relatifs (6-2 et 8-4) face à la formation nordiste, il était légitime d’attendre un tout nouveau visage de leur part sur la glace rémoise, eux qui restaient tout vierges de points au classement.

Et comment on pouvait le penser, la formation de F.Chardon mettait d’entrée la pression sur la défensive rémoise, qui était quelque peu dans la difficulté pour se dégager. Toutefois, ces premières secondes n’étaient pas synonymes d’actions dangereuses pour les visiteurs. Reims ne tardait pas à pointer le bout de son nez, avec une première réaction instaurée par son trio Novotny/Eriksson/Rouillard sans troubler la quiétude Binanzer (2’). Pas de quoi refroidir les ardeurs des Lions, qui frappaient de nouveau à la porte de Pietilä (4’), qui sortait un bel arrêt devant Herrera-Mione. Les Phénix répondaient du tac au tac dans la minute suivante par Rouillard, mais sa reprise butait sur le portier local bien en place (5’). Wasquehal dominait légèrement les débats jusque-là, avec une occasion de passer en tête à la 7’ avec une supériorité numérique qui ne donnait rien. Hélas, les locaux ne parvenaient pas à reprendre leur marche en avant, puisqu’une nouvelle pénalité leur était sifflée. Le jeu à 4 des Phénix était bien en place et les Lions n’avaient que quelques tirs lointains à proposer, pas de quoi troubler un Pietilä tranquille dans ses cages. Sorti de ces 4 minutes d’infériorité sans encombre, Reims se remettait à pied d’œuvre pour reprendre la direction du match. À la 11e le jeune Megard se créait une situation et il fallait un beau réflexe de Binanzer pour préserver le score nul et vierge. Les Phénix se libéraient de plus en plus, mais n’étaient pas à l’abri malgré tout. Pour preuve, ces petites gourmandises de relances à la 16e qui auraient pu être couteuses si Pietilä n’était pas vigilant notamment devant Fine. Cette alerte passée, les hommes d’I.Bock parvenaient enfin à faire sauter le verrou nordiste. À la 18e, suite à un cafouillage devant le but de Binanzer consécutif à une tentative avortée d’Eriksson, Novotny se trouvait à l’affut pour s’emparer du palet et ouvrir la marque (1-0, 18’33). Porté par son but, Reims passait tout proche de doubler la mise (19e), mais le poteau en décidait autrement. Plus rien n’était à signaler et le tiers s’achevait sur ce court avantage pour les locaux.

Après un premier tiers moyen, les Phénix étaient bien décidés à prendre un peu plus le large au tableau d’affichage. Et il ne fallait pas attendre longtemps pour obtenir une occasion de l’obtenir, avec une supériorité à la 22e. L’attaque massive des Rémois tournait bien et Rouillard se trouvait à la conclusion d’un service de Novotny pour doubler la mise (2-0, 22’04). Est-ce qu’on allait voir la machine lancée pour de bon ? Il semblait bien, en effet, tant Binanzer avait bien plus d’occupation pour éviter le pire à sa formation, comme à la 23e où le trio Logeat/Martial/Dmitrichev lui infligeait quelques sueurs froides. Reims ne trouvait pas la faille et semblait vouloir souffler en gérant le score. Il n’en fallait pas plus à Wasquehal pour mettre à profit ce temps faible. À la 29e, suite à un redoublement de passe entre Artano et Clief, ce dernier se retrouvait à la conclusion pour ajuster de près le portier rémois (2-1, 28’21). Les Lions revenaient dans le match, mais n’avaient pas le temps de savourer, se retrouvant à 4 à peine 20 secondes plus tard. S’en suivait une pluie de tentatives marnaises par David, Dmitrichev, Lathuillière ou encore Eriksson, sans parvenir à faire soulever une troisième fois les partisans d’Albert 1er. Reims avait remis la main sur le match, depuis cette supériorité, et continuait à pousser pour rependre un peu plus ses aises. À la 36e sur une nouvelle percée de Dmitrichev, Logeat semait le trouble dans la défensive des Lions aux abords des cages, s’en suivait un instant de confusion où tout le monde cherchait la rondelle, sauf Dmitrichev qui plongeait littéralement pour envoyer le puck au fond des filets (3-1, 35’49). Les locaux refaisaient un break au prix d’un long temps fort et s’attelaient à gérer cela dans les 5 dernières minutes. Hélas, un petit relâchement à 2 minutes du buzzer, combiné à une pénalité différée, permettaient à Wasquehal de réduire une nouvelle fois l’écart par Fine, idéalement servi par Adamczak depuis le long de la bande (3-2, 38’24). Ce but relevait d’une importance capitale pour les visiteurs qui restaient dans le match et à portée des locaux. Les hommes de F.Chardon s’attelaient à garder leur concentration dans les derniers instants et pouvaient regagner leur chambre avec ce score de 3-2.

À l’aube du dernier 20, les hommes de capt’ain Lathuillière se savaient pas totalement à l’abri d’un retour de nordistes et devaient reprendre leur domination pour s’éviter un tiers compliqué. Mais Wasquehal reprenait sa tactique du 1er acte et mettait d’entrée sous pression la formation rémoise. S’appuyant un avantage numérique consécutif à un surnombre des locaux, les Lions investissaient la zone offensive et Pietilä devait sortir de beaux arrêts au-devant de Piquet, Zajac ou encore Herra-Mione pour tenir le 3-2 en l’état. Mais, la pénalité tout juste tuée, Zajac servait sur l’aile Piquet dont la reprise faisait mouche à la grande joie de ses équipiers sur le banc ! (3-3, 44’13). La stupeur était de mise dans les travées d’Albert 1er et tout était à refaire pour les Phénix. Ces derniers trouvaient néanmoins les ressources pour mettre la pression sur l’arrière-garde nordiste, qui faisait front pour tenir le coup. Même une pénalité à la 48e ne voyait aucun quelconque changement à la marque, Binanzer était totalement serein et ses équipiers s’arrachaient sur tous les palets, en dépit des efforts de chaque trio rémois. Si Wasquehal trouvait la parade aux attaques placées des Phénix, attendant l’opportunité d’un contre, c’est justement sur un contre que Martial trouvait la faille d’un tir décroisé (4-3, 53’51). Suite à ce but, c’était le gros soulagement chez les Phénix, tout comme chez ses fervents partisans : les Givrés. Moins de 7 minutes restaient à jouer et tout restait possible dans un match qui basculait tout doucement vers un finish à suspense. Reims était en position d’attente et laissait le contrôle de la rondelle à Wasquehal, attendant le contre fatal. Le plan se déroulait sans accroc jusqu’à une nouvelle gourmandise de relance qui offrait un face-à-face à Fine, qui voyait son tir s’écraser sur la barre de Pietilä (57e). L’alerte fut chaude pour les Rémois et cela n’allait pas s’arrêter là.  À 58’19, le corps arbitral mettait une dose de suspense en prime en sanctionnant les Phénix d’une première prison, puis d’une seconde 35 secondes plus tard. Voilà les Phénix contraints de finir le match à 3 contre 6 nordistes. La tension était à son comble et le public rémois poussait son équipe pour tenir. À 3 sur la glace, les Rémois faisaient corps autour de son cerbère et parvenaient à repousser des nordistes qui ne semblaient pas trouver le décalage et l’ouverture espérée. Les dernières secondes s’égrenaient et tout le public présent pouvait exulter au buzzer final, synonyme de nouvelle victoire pour les Phénix au terme d’un finish incroyable.

Au sortir d’un match à la fin haletante, Reims poursuit son bon début de saison avec 3 nouveaux points à la clé, non sans connaître de frayeurs, une nouvelle fois, en fin de match. Les Rémois pouvaient se tourner plus sereinement vers le déplacement chez le leader, Valenciennes.  Le défi est de taille, mais REIMS avait prouvé qu’il pouvait tenir la dragée haute à une grosse formation par une solidarité de tous les instants et une intensité haute dans son jeu, comme en CDF dernièrement contre Dunkerque.

📸 Photographe : Black Ghost

➡️ Plus de photos ICI