Résumé

Les idées remises en place et revenus de l’Essonne avec les 3 points de la victoire, les Phénix s’offraient ce mardi une parenthèse en Coupe de France. Vainqueur difficilement du derby le 1er octobre dernier, REIMS affrontait un de ses rivaux en Championnat, les Lions de Wasquehal. De leur côté, les nordistes s’étaient sortis du piège à Asnières par une infime marge 5-4, mais vivaient un début de championnat plus compliqué que leurs hôtes du soir. Mais sur ce match, tout était remis à zéro et, sans la pression du championnat, avec en ligne de mire une qualification en 1/8ème et, pourquoi pas, une affiche de prestige en prime.

Désireux de montrer un autre visage à ses fans par rapport à son entame ratée en championnat, Reims démarrait la rencontre pied au plancher, et Rouillard allumait la première mèche dans la 1ère minute, mais Binanzer faisait l’arrêt. Les hommes d’I.Bock continuaient d’imprimer un rythme soutenu et Dmitrichev opérait une traversée de la zone défensive des Lions pour décocher un tir au-dessus de la botte de Binanzer, surpris pour le coup (1-0, 02’22). Reims débutait de la meilleure des manières en prenant le lead rapidement ! Wasquehal réagit timidement par Guirado à la 4ème, sans déjouer toutefois un Pietilä aux aguets. Sauf que les incisifs restaient les Phénix, qui continuaient à se créer les situations les plus chaudes. Pour preuve, ce nouveau slalom de Dmitrichev à la 7ème, qui mystifiait à lui seul la défense et le goal adverse pour servir Martial, démarqué à l’opposé, pour le 2ème but de la soirée (2-0, 06’46). Les visiteurs étaient totalement asphyxiés, sans solution face aux vagues incessantes des locaux et on pouvait espérer un festival offensif dans ce match. Reims cherchait à enfoncer le clou, mais se heurtait à un Binanzer solide, qui maintenait les têtes des Lions hors de l’eau. Le 1er trio rémois, avec encore Martial à la conclusion, testait le portier adverse une nouvelle fois à la 14ème sans succès cette fois. Puis Rouillard et Novotny tentaient leur chance dans la minute suivante, sans réussite également. La fin de tiers était éprouvante pour les visiteurs, qui concédaient deux prisons (16’19 & 17’31). En supériorité, Logeat avait une grosse opportunité pour le 3-0, mais la réussite le fuyait. La petite frustration du tiers était d’avoir vu Reims dominer outrageusement le tiers et de ne mener seulement 2-0 à la sirène.

De retour sur le glaçon, Wasquehal revenait dans de meilleures dispositions et le match s’en trouvait plus équilibré. Mieux, les hommes de Fabien Chardon obtenaient une double supériorité numérique à 24’22. Les partenaires de Cap’tain Lathuillière faisaient front et Pietilä s’occupait du reste pour préserver le score en l’état. Regonflés après cette période d’infériorité, les Phénix repartaient de l’avant. À la 28ème Novotny profitait d’une approximation de la défense nordiste derrière les cages pour subtiliser la rondelle, se recentrer et décocher un tir qui déjouait Binanzer (3-0, 27’35). Plutôt bien payé pour les locaux, qui scoraient sur leur première réelle occasion du tiers. Mais comme après chaque but, il pouvait se produire un petit relâchement et HERRERA MIONE en profitait pour mettre à profit une passe en retrait de Fine (3-1, 28’17). Toutefois, pas de quoi troubler la confiance des Rémois qui retrouvaient leur élan du 1er tiers. À la 9ème, Travnicek touchait le métal au terme d’une belle action amenée par Novotny et Eriksson. Puis à la 11ème, Lyytinen se déjouait de deux joueurs adverses en zone défensive, pour lancer Dmitrichev qui prenait de vitesse l’arrière-garde des Lions et déjouait Binanzer d’un revers sous la barre (4-1, 30’40). Une nouvelle prison rémoise donnait de l’air aux Lions, qui ne trouvaient point la faille chez le portier local. Les Phénix ne s’arrêtaient pas en si bon chemin et corsaient l’addition à la 39ème sur une merveille d’exploit technique de Dmitrichev (5-1, 38’00). Hélas, comme suite au 3ème but, les Rémois se déconcentraient un tantinet et cela suffisait à ADAMCZAK pour réduire le score (5-2, 39’02). Ce but laissait un mince espoir pour les Lions en vue du dernier 20 mais la marque ne changeait pas et les équipes regagnaient les vestiaires.

Avec une confortable avance de 3 buts au moment d’aborder le 3ème tiers, Reims pouvait voir venir et procéder par contre potentiellement. Mais à se croire trop vite à l’abri, les partenaires de Lathuillière en oubliaient de jouer. Il n’en fallait pas tant à Wasquehal pour se jeter à corps perdu dans la bataille et sérieusement inquiéter Pietilä dans les premiers instants. Le Finlandais s’employait pour retarder l’échéance, mais ne pouvait rien sur le tir de Milcent à la 46ème, plus prompt à se saisir d’un rebond (5-3, 45’24). Revenu à deux buts, les Nordistes se sentaient pousser des ailes et intensifiaient leur domination. Reims subissait complètement et Pietilä était plus occupé que lors des 40 minutes précédentes. Pire, les Lions scoraient une nouvelle fois à la 50ème, l’Espagnol Sahagun feintait le portier rémois pour scorer dans la cage grande ouverte (5-4, 49’33) ! Stupeur pour Albert 1er et ses partisans qui voyaient le match totalement relancé avec 10 minutes de jeu encore à jouer. Sentant le vent tourné, Ivan Bock appelait un temps mort pour remobiliser ses troupes (49’34). Coaching payant ? Le message semblait entendu par ses joueurs, qui réenclenchaient la marche avant et poussaient les visiteurs à la faute (52’17).  Sur la supériorité qui en découlait, Rouillard puis Novotny étaient à deux doigts de redonner de l’air à leur équipe. Si cet avantage numérique ne portait pas ses fruits, les Phénix se redonnaient de l’air au score, juste après, par un nouvel exploit de Dmitrichev qui éliminait le portier des Lions et marquait en cage vide (6-4, 54’32). Ce but était comme un coup de massue sur les têtes nordistes. Libéré, Reims déroulait son jeu dans les minutes suivantes et ajoutait un nouveau but par l’intermédiaire de Lyytinen qui récupérait un palet dans la bande et battait Binanzer d’un tir ras de glace entre les jambes (7-4, 56’48). Cette fois-ci, l’affaire semblait pliée pour de bon. À la 58’ sur un 2 vs 1 Martial envoyait sur orbite Dmitrichev, qui voyait son tir raser le poteau. Ce n’était que partie remise pour le Russe, qui inscrivait un quintuplé la 59ème avec un revers astucieux, après avoir fait preuve d’opportunisme en suivant un tir freiné de Logeat (8-4, 58’13). Les Givrés pouvaient scander le nom de leur artiste russe, autour d’une performance XXL dans cette rencontre. Les dernières secondes s’écoulaient et les Phénix pouvaient savourer leur qualification en 1/8ème de finale, après s’être fait une nouvelle frayeur comme au tour précédent contre Châlons-En-Champagne.

Reims avait maîtrisé son match dans l’ensemble et méritait sa victoire, malgré un retour proche des Lions durant le 3ème tiers. Wasquehal pouvait regretter son 1er acte raté, mais aussi s’appuyer sur deux derniers tiers plus consistants pour la suite de la saison. Au tour suivant, les Phénix auront l’honneur de retrouver des ex-Rémois, avec la venue des Corsaires de Dunkerque, dont font partie J.Lafrance et L.Bertein.

Samuel Panon

📸 Photographe : Black Ghost

➡️ Plus de photos ICI