Jakub Bernad nous confie comment il a gardé la forme depuis l’arrêt du championnat, mais aussi sa préparation et ses objectifs pour la saison à venir.

 

1. La décision de continuer avec les Phenix a-t-elle été facile à prendre ?

Le club et moi voulions la même chose : que je reste, et quand tu sens que le club veut que tu restes, c’est plus facile. En plus, j’ai une famille française, c’est important pour moi d’avoir des gens que je connais et que j’aime près de moi. Tous rendent ma vie meilleure ici, c’est agréable quand on a l’impression qu’ils t’ont intégré dans leur groupe d’amis qui sont devenus mes amis et j’aime tous les appeler ma famille française. Le fait qu’ils m’aient inclus parmi eux signifie beaucoup pour moi.

2. Quelles sont tes attentes et quels sont tes objectifs pour cette saison ?

Tout d’abord, j’espère jouer toute la saison sans aucune restriction… Nous aimerions être dans les 3 meilleures équipes de notre groupe. Ensuite, nous verrons jusqu’où nous pouvons aller. Et mon propre objectif ? Aider l’équipe autant que je peux.

3. Comment as-tu fait pour garder la forme pendant la longue intersaison ?

De retour à la maison en République tchèque, j’ai pratiqué depuis janvier sur la glace quelques fois par semaine, nous trouvons toujours le temps d’y aller. C’était une bonne sensation après quelques mois en France sans pratiquer, c’est comme ça que j’ai passé mon temps jusqu’en avril où j’ai pris un mois de congé pour profiter de ma famille et mes amis.

4. As-tu pratiqué le hockey depuis la fin de saison ?

Fin avril, j’ai commencé la préparation hors glace pour la saison prochaine avec mon coach personnel. Et une fois par semaine, je suis allé sur la glace pour travailler mes compétences (patinage, maniement, etc.). Et puis j’ai joué quelques tournois de roller-hockey en Croatie, puis en Espagne non loin de Barcelone, c’était du bon temps avec les gars et beaucoup de jeu.

5. Parole libre 

J’ai hâte de me retrouver dans le vestiaire avec mes coéquipiers et de partager le plaisir du meilleur sport au monde, de jouer devant notre public avec des fans, des amis et la famille derrière le banc… Let’s Go Phénix !

Propos recueillis par Lucile Catillon.

Correction par Sophie Eloy.